Archive pour 'POLEMIQUE'

Comment le capitalisme tue!

« Pour garantir l’indépendance et la souveraineté alimentaire de tous les peuples du monde, il est crucial que les aliments soient produits dans le cadre de systèmes de production diversifiés, de base paysanne. La souveraineté alimentaire, c’est le droit de chaque peuple de définir ses propres politiques agricoles et, en matière d’alimentation, de protéger et réglementer la production agricole nationale et le marché interne afin d’atteindre des objectifs soutenables, de décider dans quelle mesure ils recherchent l’autosuffisance sans se débarrasser de leurs excédents dans des pays tiers en pratiquant le dumping. […] On ne doit pas donner la primauté au commerce international  »

Via Campesina, in Rafael Diaz-Salazar, Justicia Global. Las alternativas de los movimientos del Foro de Porto Alegre, Icaria editorial  et Intermón  Oxfam, 2002, p. 87 et 90.

 : « La raison de la « pénurie » alimentaire est la spéculation sur le marché à  termes de marchandises, suite à l’effondrement des marchés à termes des instruments financiers. En désespoir de cause d’obtenir un rendement rapide, les courtiers ont retiré des millions de dollars investis en actions et dans des prêts immobiliers pour les placer dans les denrées alimentaires et les matières premières. A Wall Street, on parle alors de « super cycle des matières premières » et il est probable que cela conduise à une famine à une échelle épique. » Les prix mondiaux des aliments de base tel le blé, l’huile de table et le lait augmentent de façon continue depuis 2000, mais ils montent de façon remarquable depuis 2006, date à laquelle la propagation de la crise financière aux Etats-Unis a commencé à se faire sentir sérieusement. Depuis le début de l’année 2006, le prix mondial moyen du riz a augmenté de 217 pour cent, celui du blé de 136 pour cent, du maïs de 125 pour cent et du soja de 107 pour cent. Dans des conditions où le non-remboursement des dettes se multiplie en raison de la crise hypothécaire américaine, les spéculateurs et les groupes de hedge funds détournent de plus en plus fréquemment leurs investissements des valeurs adossées à des créances « regroupés à d’autres prêts » contenant des subprime à haut risque, en faveur de valeurs allant de l’or et de l’huile pour inclure des « produits agricoles de base » tel le maïs, le cacao et le bétail ou autres. L’article du New Statesman signale que les « spéculateurs parient même sur le prix de l’eau » pour ensuite conclure :

« Tout comme le boom dans l’immobilier, l’inflation des prix des marchandises se nourrit d’elle-même. Plus les prix augmentent et plus les profits gonflent, plus d’autres investiront dans l’espoir de récolter des bénéfices. Consultez les sites internet financiers : quasiment tout le monde se rue sur les marchandises… Le problème, c’est que si vous faites partie des 2,8 milliards de personnes, ce qui représente presque la moitié de la population mondiale, qui vivent de moins de deux dollars par jour, vous risquez de payer de votre vie pour ces profits. »

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=10314

face à un prix des céréales qui était historiquement bas jusqu’en 2005, les grandes entreprises privées d’agrobusiness ont obtenu des gouvernements des États-Unis et de l’Union européenne qu’ils subventionnent l’industrie des agro-carburants. Ces grandes entreprises voulaient gagner sur deux tableaux : vendre leurs céréales plus cher et rendre rentable la production d’agro-combustibles. Elles y sont parvenues. 

   Comme ont-elles procédé ? Elles se sont appuyées sur l’hypothèse suivante : ce que le pétrole ne permettra plus de faire d’ici quelques décennies (en conséquence de la réduction des réserves disponibles), le soja, la betterave (transformés en biodiesel), les céréales ou la canne à sucre (sous forme d’éthanol) devraient être en mesure de le permettre. Elles ont donc demandé aux pouvoirs publics d’attribuer des subventions afin que la production très coûteuse d’agro-combustibles devienne rentable. Washington, la Commission européenne à Bruxelles et d’autres capitales européennes ont accepté sous prétexte d’assurer la sécurité énergétique de leur pays ou de leur région (5).   

Cette politique de subvention a dévié vers l’industrie des agro-combustibles des quantités très importantes de produits agricoles essentiels pour l’alimentation. Par exemple, 100 millions de tonnes de céréales ont été exclues du secteur alimentaire en 2007. L’offre diminuant de manière importante, les prix se sont envolés. De même, des terres qui étaient destinées à produire des aliments ont été reconverties en terres de culture pour les agro-combustibles. Cela diminue aussi l’offre de produits alimentaires et fait monter les prix. En somme, pour satisfaire les intérêts de grandes sociétés privées qui veulent développer la production d’agro-combustibles, il a été décidé de faire main basse sur certaines productions agricoles dont le monde a besoin pour se nourrir.

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=STE20080428&articleId=8834

reformer le capitalisme, mon oeil!

Comment l’extreme droite s’en prend a Besancenot

Des ragots abjects circulent sur Besancenot, c’est le site RUE89 ici http://www.rue89.com/demonte-rumeur/2008/10/30/non-les-medias-ne-protegent-pas-un-besancenot-qui-roule-sur-lor qui les rapporte ; en y apportant , par ailleurs une réponse

Je pense que ces foutaises n’empecheront pas nos amis de la LCR de dormir; mais  il y a plus interessant ; l’auteur supposé de ces pathetiques idioties  a un site (vous  trouverez le lien a coté de l’article de RUE89; je ne vais pas lui faire la pub); et sur ledit site on y trouve  un chapitre intitulé « La préference nationale »ou on lit ceci:

  • « le déracinement identitaire et les difficultés d’assimilation en raison d’une masse critique* rendent l’intégration des enfants d’immigrés problématique et stimulent le communautarisme sur des bases ethnico-territoriales violentes.

 masse critique, comprendre seuil maximum atteint rendant difficile l’assimilation d’un individu à un nouvel ensemble. »

et plus loin:

  • Selon les calculs de l’économiste Jacques Marseille, l’immigration produit actuellement 45 milliards du PIB national, l’Etat en dépense 70 milliards pour cette même population, en éducation, santé, etc. Déficit chronique annuel : 25 milliards supportés par la collectivité nationale. « 
  • La source citée de cette infamie est un article du point d’avril 2008 ; que malgré de longues recherches je n’ai pas trouvé :je le regrette ; toutefois j’ai mis un mot sur le site de ce magazine pour demande  a Mr Marseille – Conseiller proche de Nicolas Sarkozy- ce qu’il pense des 30 Milliards annuels d’exonerations de cotisations accordés au patronat; que personne ne controle et qui sont censés servir a créer de l’Emploi; et qui jusqu’ici ont eu le résultat qu’on connait ;la France a le plus fort taux de chomage de l’UE
     

     

     

    Il faut faire venir Benoit XVI a Bercy , c’est mieux qu’a Lourdes un euro s’y transforme en 45 Millions!

    Le 30 Septembre 2005 La cour d’appel de Paris ;http://www.boursilex.com/VIE%20DES%20AFFAIRES/ca_paris_groupe_bernard_tapie_credit_lyonnais.htm;

     rend un arrêt fixant a UN EURO (1)le préjudice moral de Tapie

    « Le  9 octobre 2006 la Cour de Cassation ; « indique que La Cour de cassation ne s’est donc pas prononcée sur l’éventuel préjudice subi par le groupe Tapie, aucune faute n’étant en l’état caractérisée à l’encontre de la SDBO et du Crédit lyonnais. «  http://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/assemblee_pleniere_22/arrets_travaux_preparatoires_24/communique_9382.html

    « Le président du Consortium de Realisation (CDR) en reste abasourdi « Mercredi, les députés se sont néanmoins interrogés sur le montant faramineux d’un tel plafond. La réponse du président du CDR, Jean-François Rocchi, en a laissé pantois plus d’un. «Quand nous avions été condamnés par la cour d’appel de Paris en 2005, nous avions dû verser 1 euro au titre du préjudice moral »

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/tapie-explications-sur-un-prejudice-moral-record-04-09-2008-197833.php

    le chiffre retenu , pour ceux qui auraient oublié c’est 45 Millions d’euros (Tribunal Arbitral)

    Mais une question se pose ; et les autres??? « Testut »; Terraillon » quid?infos ici :http://www.lexpansion.com/economie/l-affaire-testut-peut-faire-tomber-tapie_1292.html

    Conclusion:

    1°) la CA de Paris fixe a un euro le prejudice moral

    2°) la cour ce cass(arbitre suprême du droit dit « pas de faute Du CL

    3°) 45 millions d’euros

    Si quelqu’un peut m’expliquer???
     

     

    Le temps libéré par les 35 heures, c’est de la violence conjugale et de l’alcoolisme en plus

    Sous titre: « Pourquoi Sarkozy n’aime pas les 35 heures » 

    On m’a vivement reproché; commentaires sur mon blog, d’être scandalisé (à tort)par le cadeau pharaonique fait à Tapie; c’est exact! je suis exaspéré par le mépris du peuple et du contribuable que manifeste la clique au pouvoir:

    Demonstration: Nicolas Baverez; proche conseiller et appui sans faille de Sarkozy depuis le 1° tour de la presidentielle

    http://www.lepoint.fr/actualites-chroniques/nicolas-baverez-les-resultats-du-premier-tour-sont-excellents/989/0/179949

    Ecrit ceci; je ne plaisante pas; la source est sérieuse: »

    Autant la Réduction du temps de travail «  est appréciable pour aller dans le Luberon, autant, pour les couches les plus modestes, le temps libre, c’est l’alcoolisme, le développement de la violence, la délinquance 

    Ce subtil diagnostic est signé, dans 20 minutes (7/10/03), Nicolas Baverez, essayiste (et chroniqueur au Point), auteur de La France qui tombe, une «  collection de prophéties apocalyptiques sur l’état de l’Hexagone  » (Libération, 8/10/03) encensée par le journalisme de marché.

    «  L’intellectuel à gages redoute que la libération du joug patronal n’avilisse le petit peuple  », commente PLPL n°16 (sept.-oct. 2003). Alors que Baverez déversait sa haine de classe sur France Culture (20/09/03) : «  Le temps libéré par les 35 heures, c’est de la violence conjugale et de l’alcoolisme en plus  »  ».

    http://www.acrimed.org/article1297.html

    C’est vrai qu’avec 45 Millions d’euros les modestes auraient pu aller en vacances dans le LUBERON.J’ai bon pour mes raisons de râler?
     

     

    Comment la clique au pouvoir s’asseoit sur les fondements du droit

    Tout un chacun a entendu le conte de fées selon lequel « il fallait passer par le tribunal arbitral »pour éviter que le contribuable ait à payer bien plus que les 135 Millions d’euros ordonnés au départ par la cour d’appel de Paris..

    Hélas c’est un vilain mensonge! car, en fait  le contribuable -si la procédure judiciaire avait été suivie normalement- n’aurait sans doute rien eu à payer du tout! Démonstration:

    En effet, : arrêt de la cour de cassation 9 Octobre 2006; assemblée pleniere:

    « Saisie de pourvois contre chacun de ses deux arrêts, l’Assemblée plénière de la Cour de cassation a jugé, sur le premier arrêt, que la cour d’appel n’avait pas caractérisé les éléments qui auraient permis d’établir, selon la jurisprudence en la matière, que le Crédit lyonnais était obligé par un contrat auquel il n‘était pas partie. Il n’était notamment pas prétendu que la SDBO était une société fictive, que son patrimoine se serait confondu avec celui de sa maison mère ou que le Crédit lyonnais se serait immiscé dans l’exécution du mandat délivré à sa filiale de façon à créer pour les mandants une apparence trompeuse propre à leur faire croire que cet établissement était aussi leur cocontractant.

    Elle a également jugé que la cour d’appel, en retenant la responsabilité du groupe Crédit lyonnais du fait, pour celui-ci, d’avoir refusé au groupe Tapie un financement qu’il avait en revanche octroyé à certains des cessionnaires des parts cédées par le groupe, avait méconnu la jurisprudence constante selon laquelle le banquier est toujours libre de proposer ou de consentir un crédit quelle qu’en soit la forme, ainsi que de s’abstenir ou de refuser de le faire. (la fable du manquement a l’obligation de loyauté)

    La Cour de cassation ne s’est donc pas prononcée sur l’éventuel préjudice subi par le groupe Tapie, aucune faute n’étant en l’état caractérisée à l’encontre de la SDBO et du Crédit lyonnais.

    L’arrêt étant cassé en ses dispositions condamnant le CDR créances et le Crédit lyonnais, il appartiendra à la cour d’appel de Paris, à laquelle l’affaire est renvoyée dans une autre composition, de rejuger intégralement l’affaire, en droit et en fait.  »

    http://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/assemblee_pleniere_22/arrets_travaux_preparatoires_24/06_11.307_9373.html;

    Retour en principe devant la cour d’appel; les 135 Millions ne son plus justifiés; or ; énorme surprise le tribunal arbitral prend exactement le contre pied de ce que ci dessus(la faute du CL n’est PAS etablie) alors que:Si l’assemblée plénière casse la décision des juges du fond et qu’elle renvoie l’affaire, les juges du fond sont tenus d’adopter la position de la Cour de cassation. http://fr.jurispedia.org/index.php/Cour_de_cassation_(fr)

    et voila comment on pique 400 Millions d’euros au contribuable (le tribunal arbitral , plus les interets légaux) et comment l’Etat Français s’asseoit paisiblement sur les fondements du droit.et il y a des gens a qui on coupe l’electricité parcequ’ils ne l’on plus payée depuis un mois et plus de 5 millions de pauvres en France!

     

     

    Tapie ,le texte integral de la sentence du tribunal arbitral, et 16 Milliards d’euros !

    Pour bien comprendre le CDR (Consortium de réalisation) chargé de régler le passif du Crédit lyonnais; il faut d’abord remonter a l’affaire « Executive Life »(compagnie d’assurances US) achetée dans des conditions jugées « douteuses « par la justice Américaine ; par « Artemis » ‘ex filiale du CDR; holding actuelle de François Pinault homme d’affaires bien connu

    Pour éviter de tres gros « ennuis » l’Etat Français à transigé pour la « modeste somme » de 700 millions de dollars que le CDR (donc le contribuable) à allongée

      » Fin 2006, il ne reste plus que 50 millions d’euros d’actifs à céder. Le CDR en comptait 28,3 milliards à sa création, en 1995.  » les bureaux du Consortium de réalisation (CDR), chargé de liquider les actifs douteux du Crédit lyonnais, fermeront définitivement vendredi 29 décembre. Le 1er janvier 2007, la Caisse des dépôts assumera les derniers dossiers en cours

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2006/12/28/la-fermeture-du-consortium-de-realisation-marque-la-fin-du-feuilleton-des-derives-du-credit-lyonnais_850057_3234.html

    selon la même source « la note finale du Lyonnais pour le contribuable français,(est) estimée à 16 milliards d’euros « Or, la sentence du tribunal arbitral concernant Tapie ici dans son integralité: http://fr.calameo.com/read/000000009c8e3b3477360

    Condamnne le CDR a verser 2400000000 (deux cent quarante millions d’euros)aux mandataires liquidateurs de Tapie; et fixe a 45 Millions d’euros »Le préjudice moral des époux Tapie »je rappelle que le CDR a fermé boutique depuis 01/01/07″ la CDC(caisse des dépôts et consignations à pris le relais); donc la note pour le contribuable de 16 Milliards (environ 5 points du PIB) »s’enrichit » de 240000000 et de 45000000 millions d’euros; ça fout le vertige

    Et encore , je me la ferme sur les conditions de vente d’Artemis à Pinault….

     

     

    1267 Siécles de minimum vieillese pour payer les cadeaux aux riches!

    Selon des chiffres communiqués par le ministère du Budget confirmant une information parue dans Le Figaro, le fisc avait reçu au 30 avril 23.159 demandes de remboursement — dont 14.981 ont été acceptées — au titre du «bouclier fiscal» à 60% sur les revenus de 2006. Les trois quarts d’entre eux ne sont pas assujettis à l’ISF. En moyenne, chaque bénéficiaire du «bouclier fiscal» à 60% aura touché un chèque de 16.100 €, pour un coût budgétaire total de 241 millions d’euros.
    http://www.actuchomage.org/modules.php?op=modload&name=News&file=article&sid=3801

     Dès le 1er janvier 2009, les entreprises dont le chiffre d’affaires est inférieur à 1,5 million d’euros seront exonérées d’IFA », a indiqué Mme Lagarde, précisant que cela concernerait 210.000 entreprises et représenterait un coût de 336 millions d’euros.

    Puis, « à partir du 1er janvier 2010, ce sera au tour des 129.000 entreprises dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas 15 millions d’euros », ce qui coûtera 714 millions d’euros, a ajouté la ministre.

    IFA= impot forfaitaire annuel impôt sur le chiffre d’affaires des entreprises

    http://afp.google.com/article/ALeqM5iPkmss9OX0H60moXPn2bYadGIVyQ

    241000000+714000000=955000000 divisé par » le pactole « du minimum vieillesse :528 euros=1267 siecles de minimum vieillesse!!(environ bien sûr)

    a vomir!

     

    12345

    cceta |
    Les Enragés d'Aurillac |
    LES MESSAGERS DU RDR |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MP6 AMBERT
    | LIVRY SUR SEINE
    | Le blog des idées non-reçue...